Vous êtes ici

Point de conjoncture

Point sur la conjoncture fran?aise à fin ao?t 2020

 

 

Au 2ème trimestre de 2020, le PIB a baissé de 13,8 %. Pour le mois de juillet, la perte de PIB sur une semaine-type d’activité était de – 7 % par rapport au niveau d’avant-crise. Notre nouvelle enquête mensuelle de conjoncture (EMC), menée entre le 27 ao?t et le 3 septembre auprès de 8 500 entreprises ou établissements, permet d’estimer la perte de PIB sur une semaine-type d’activité en ao?t à – 5 %. En anticipant une stabilité de ce niveau pour septembre, nous estimons un rebond du PIB au 3e trimestre 2020 autour de + 16 % (par rapport au trimestre précédent)..

Selon les chefs d’entreprise interrogés, l’activité continue de se redresser en ao?t, dans l’industrie comme dans les services et le batiment, à un rythme modéré, mais un peu plus soutenu qu’anticipé le mois précédent. L’activité demeure dans l’ensemble significativement en de?à de son niveau d’avant-crise, mais avec une forte hétérogénéité entre les secteurs. Les perspectives pour le mois de septembre font ressortir une relative stabilité de l’activité. Le scénario d’une reprise ? en aile d’oiseau ? est confirmé, avec une première phase de rebond marquée de l’activité à la faveur du déconfinement, suivie d’une deuxième phase de reprise plus lente.

 

1. La reprise se poursuit en ao?t, avec un niveau d’activité un peu plus élevé que prévu le mois précédent par les chefs d’entreprise, et confirme un profil ? en aile d’oiseau ?

On assiste au mois d’ao?t à une légère progression de l’activité aussi bien dans l’industrie que dans les services et le batiment. Dans les trois secteurs, l’amélioration a été plus marquée que ce qu’attendaient les chefs d’entreprise le mois précédent.

Dans l’industrie, le taux d’utilisation des capacités de production progresse de 3 points, à 75 % en moyenne en ao?t après 72 % en juillet (et 79 % avant la crise). Il se redresse particulièrement dans l’industrie automobile, de 64 % en juillet à 73 % en ao?t, et les autres produits industriels, de 75 % à 82 %.

L’activité est proche de son niveau d’avant-crise dans des secteurs tels que l’agro-alimentaire ou la chimie, mais reste déprimée dans d’autres secteurs, tels que les produits informatiques, électroniques et optiques ou les transports hors auto mobile. Le secteur auto mobile enregistre une forte hausse après plusieurs mois d’activité particulièrement sinistrée.

Dans les services, la reprise se poursuit à un rythme contrasté. L’amélioration est très nette et plus marquée qu’attendu dans l’hébergement (tout en restant à un niveau encore très loin de la normale) et dans une moindre mesure la restauration. Le travail temporaire enregistre également une hausse importante en lien avec la progression de l’activité dans l’auto mobile et la bonne tenue du batiment au cours du mois. La location (matériel, auto mobiles) ou encore la publicité et les études de marché affichent des niveaux d’affaires particulièrement bas. à contra rio, l’activité est proche de son niveau d’avant-crise pour des secteurs tels que les autres activités de services (qui incluent notamment des services à la personne), la réparation auto mobile ou le transport et entreposage.

Dans le batiment, l’activité continue de progresser, le secteur devant notamment rattraper le retard pris avec l’arrêt des chantiers pendant le confinement. Les chefs d’entreprise jugent que le niveau d’activité est revenu à la normale sur le mois d’ao?t.

Dans ce contexte, marqué également par le soutien aux entreprises au travers des prêts garanti s par l’état (PGE), l’opinion sur la trésorerie évolue peu dans l’industrie en ao?t et reste ainsi proche de son niveau d’avant crise. Dans les services, la situation de trésorerie continue de s’améliorer mais demeure toujours en de?à de son niveau d’avant-crise.

Au mois de septembre, selon les anticipations des entreprises, l’activité se stabiliserait dans l’industrie, s’inscrirait en légère progression dans les services et se tasserait dans le batiment

Dans l’industrie, l’activité serait relativement stable dans la plupart des secteurs. Elle reculerait dans l’habillement, textile et chaussure, après un mois d’ao?t particulièrement dynamique et plus favorable qu’attendu. Elle progresserait en revanche dans d’autres secteurs, notamment les équipements électriques.

Dans les services, l’activité serait en très légère progression. Les secteurs de l’hébergement et la restauration verraient leur activité baisser, mais là encore, ce mouvement suivrait des hausses marquées le mois précédent, à des niveaux meilleurs qu’attendu. L’activité progresserait dans certains secteurs, notamment les activités juridiques et comptable et la programmation et le conseil.

Dans le batiment, après un mois d’ao?t particulièrement dynamique, l’activité reviendrait autour de son niveau du mois de juillet. Elle resterait ainsi proche de son niveau d’avant-crise.

Les chefs d’entreprise continuent d’exprimer des incertitudes sur la vitesse de la reprise au cours des prochains mois. Dans l’industrie, les carnets de commandes sont stables et restent à un niveau faible. Les carnets du batiment s’effritent très légèrement et se situent au niveau de la moyenne de longue période.

 

2. Les informations sectorielles de l’enquête permettent d’évaluer la perte de PIB à environ – 5 % au cours du mois d’ao?t

Dans notre dernier point sur la conjoncture du 10 ao?t, nous avions estimé à environ – 7 % la perte de PIB au mois de juillet, en légère amélioration par rapport à la perte de juin.

L’enquête d’ao?t suggère une poursuite de la tendance à l’amélioration de l’activité, cette dernière demeurant toutefois encore nettement en-dessous de son niveau normal. Les soldes de production continuent d’indiquer une hausse de l’activité et le taux d’utilisation des capacités s’améliore tout en restant en-dessous de son niveau pré-confinement.

L’utilisation de ces informations au niveau de désagrégation le plus fin possible nous permet d’actualiser notre estimation de perte de PIB pour le mois d’ao?t à – 5 %. Les services et l’industrie manufacturière contribuent particulièrement à cette amélioration de l’activité par rapport au mois de juillet, notamment les autres industries manufacturières, les services aux entreprises et les services aux ménages. Certains secteurs ont retrouvé un niveau d’activité proche de la normale, comme le commerce ou les services immobiliers, tandis que d’autres demeurent substantiellement affectés tels que la production de biens d’équipement, la production de matériels de transport ou les services de transport.

Ce chiffre de reprise de l’activité en ao?t par rapport à fin juillet est par ailleurs corroboré par d’autres sources de données à haute fréquence, comme la consommation d’électricité ajustée des températures et les transactions par carte bancaire.

Les perspectives pour l’activité en septembre suggèrent quant à elles une stabilisation.

En prenant en compte nos estimations de perte d’activité pour les mois de juillet, d’ao?t et notre anticipation de stabilisation pour septembre, nous estimons que le PIB au 3e trimestre 2020 augmenterait d’environ + 16 % (après – 13 ,8 % au 2ème trimestre selon les comptes nationaux trimestriels publiés par l’INSEE).

Mis à jour le : 14/09/2020 11:55